Greve du climat

Les enjeux de l’énergie

Depuis 1900, la population mondiale a été multipliée par 4  : le seuil des 8 milliards de personnes devrait prochainement être atteint. Dans le même temps, la consommation d’énergie a été multipliée par… 20 ! Or, les besoins énergétiques de l’humanité sont couverts à 80% par les énergies fossiles qui sont polluantes. C’est dans ce contexte que le climat sur Terre change et qu’il faut agir.

La pollution

Il y a cent ans en Suisse, les gens n’avaient pas tous le chauffage, ni l’électricité ou l’eau courante dans leur maison. Les déplacements d’une ville à l’autre étaient longs et difficiles, sans parler des voyages à l’étranger qui étaient très rares. Dans l’ensemble, les gens possédaient très peu d’objets. Nos modes de vie ont beaucoup changé et se trouvent à l’origine d’une importante pollution. Les énergies les plus utilisées aujourd’hui sont aussi les plus polluantes : le pétrole, le gaz et le charbon sont brûlés pour les besoins de l’industrie, du transport, du chauffage des maisons et pour produire de l’électricité. Tout cela a un impact sur la qualité de l’air, de l’eau, la biodiversité et le climat.

Les changements climatiques

En brûlant, les combustibles tels que le pétrole, le gaz et le charbon rejettent des gaz et des poussières dans l’air. Ceci accentue l’effet de serre, qui participe à l’augmentation de la température moyenne sur Terre. Les conséquences négatives se font déjà sentir :

  • Les glaciers et les banquises fondent, et font monter le niveau des mers
  • Les déserts et les zones de végétation se déplacent
  • Certaines maladies s’étendent à de nouvelles régions
  • Les phénomènes climatiques extrêmes sont toujours plus nombreux : sécheresses, inondations, cyclones…

Les grèves pour le climat

Depuis 2019, en Suisse et dans le monde, les jeunes se mobilisent pour conduire des grèves du climat. C’est en particulier suite à l’appel lancé par Greta Thunberg, une jeune Suédoise engagée, que ces manifestations conduisent un nombre important de personnes dans la rue pour revendiquer une meilleure réponse politique au réchauffement climatique et à ses causes humaines.

Pour en savoir plus

Les changements du climat
Le climat global de la Terre, défini par les moyennes des températures, de l’ensoleillement, des pluies, de l’humidité, de l’air et des vents mesurés sur au moins 30 ans, évolue depuis toujours. Périodes froides et périodes chaudes se sont succédées à travers les âges. Aujourd’hui pourtant, le climat change de façon très rapide ; lorsqu’elles sont causées par les activités humaines, ces variations sont appelées « changements climatiques anthropiques ».

Le réchauffement climatique en particulier, qui fait référence à l’augmentation de la température moyenne des océans et de l’atmosphère, s’est largement accéléré ces dernières années.

Le GIEC
Fondé en 1988, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC, IPCC en anglais) est une structure qui réunit des experts des différents pays membres de l’ONU et de l’Organisation météorologique mondiale. Ses membres sont principalement chargés d’évaluer les informations issues du monde scientifique et technique, et de comprendre les risques induits par le changement climatique d’origine humaine et ses conséquences possibles. Il a également pour mission de proposer d’éventuelles stratégies pour atténuer ce phénomène et proposer des adaptations.

L’Accord de Paris sur le climat
Ratifié par la Suisse en 2017, l’Accord de Paris est un instrument juridique qui vise à réunir les pays du monde autour d’un objectif commun : contenir le réchauffement mondial moyen à 1,5°C de hausse par rapport à l’ère préindustrielle. Les états signataires s’engagent à communiquer tous les 5 ans un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Le risque de pénurie d’énergie

Actuellement, aux informations télévisées et dans tous les médias, on parle beaucoup d’un risque de pénurie d’énergie. Cela veut dire que nous pourrions manquer d’énergie ces prochains mois pour différentes raisons. En Suisse par exemple, la sécheresse durant l’été 2022 a eu impact direct sur nos réserves hydrauliques. Cela nous rend encore plus dépendants de la production d’énergie des pays voisins. Mais eux aussi ont des disponibilités limitées : en France, une partie des centrales nucléaires est à l’arrêt pour des raisons techniques. Et comme la plupart des pays en Europe, les conséquences de la guerre en Ukraine touchent fortement l’Allemagne. Elle n’importe plus le gaz russe avec lequel elle produisait habituellement beaucoup d’électricité (dont elle revendait une partie à la Suisse notamment). Plusieurs éléments compliquent alors l’importation d’énergie qui nous permettait de combler notre manque en hiver. Et si l’énergie se fait plus rare, son prix augmente. C’est pourquoi on a observé une hausse historique des prix de l’énergie depuis l’été 2021 !

Quelles sont les solutions ?

Il serait souhaitable d’augmenter notre production d’énergie en Suisse pour moins dépendre des importations de pays voisins. En attendant, nous pouvons déjà faire tout notre possible pour économiser l’énergie au quotidien. Et pour cela, les éco-gestes nous sont très utiles !

-43% Selon la Confédération, la consommation moyenne d'énergie par habitant·e doit diminuer de 43% d'ici 2035.
10% Le volume des glaciers suisses a diminué de 10% au cours des cinq dernières années.
300 C'est le nombre de grèves du climat conduites en Suisse en 2019, dans 60 villes.
Le savais-tu ?
Un habitant des États-Unis, le pays le plus riche du monde, consomme en moyenne 40 fois plus d'énergie qu'un habitant du Bangladesh, le pays le plus pauvre.
Biomasse
Éolienne
Solaire
Nucléaire
Hydraulique
Musculaire
Géothermique
Marines
Fossiles
Les 9 énergies